pharmagenève registre rémi lafaix
Competence Readtime2 min
10. octobre 2023

Pénurie de médicaments

Initiative cantonale

Une plateforme genevoise recense les alternatives

PharmaGenève et les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) se sont associés pour créer une plateforme ingénieuse qui dresse la liste des ruptures de stock et propose des alternatives.
Competence Rémi Lafaix

auteur

Rémi Lafaix

Président de PharmaGenève

remi.lafaix@pharmageneve.swiss

Depuis quelques mois, la situation en matière d’approvisionnement en médicaments ne cesse de s’aggraver. Dernièrement, entre 150 et 200 produits en rupture de stock étaient ainsi recensés par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) dans leur assortiment d’environ 2400 références. Un certain nombre d’entre eux font d’ailleurs défaut pour une durée indéterminée, ce qui est problématique pour traiter certaines maladies et infections.

Pour pallier ces pénuries, diverses mesures doivent constamment être mises en place. Rien qu’aux HUG, plus de deux personnes cherchent quotidiennement des solutions.

Utile aux pharmacies et aux médecins

La solution proposée est alimentée par pharmaGenève et la pharmacie des HUG, ainsi que leurs partenaires pharma24 et Unisanté, avec l’appui des données de drugshortage.ch et de l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE). La plateforme est disponible à toutes les pharmacies en Suisse et facilite leur recherche d’alternatives, réduisant ainsi le temps de travail et facilitant la mise en place harmonisée de solutions. Elle bénéficie aussi très concrètement aux médecins qui peuvent la consulter lors de la prescription des produits à leurs patient·e·s.

Effort commun dans la lutte

Ce registre commun tenu à jour par les HUG et leurs différents partenaires rassemble un grand nombre d’informations sur les médicaments manquants, notamment la date de détection de la rupture d’approvisionnement, sa durée prévisible, les fabricants concernés. Surtout, la plateforme propose des alternatives de médicaments et de fournisseurs en Suisse ou à l’étranger. Ainsi, pour l’Algifor Junior par exemple, le registre recommande d’utiliser l’Irfen Junior, tandis que pour le Capecitabine, un médicament administré lors de certains cancers, la plateforme indique que d’autres génériques sont à disposition. Dans tous les cas, les dosages doivent être observés très attentivement, car ils peuvent très souvent varier d’un fournisseur à un autre.

Dans l’immédiat, la plateforme est accessible à tous et toutes en consultation. L’objectif, à terme, est de créer une plateforme dynamique d’échange d’informations entre les hôpitaux et les pharmacies d’officine de Suisse romande, voire de tout le pays.

Photo de titre: via Canva.com