Lukas Engelberger, H+ Kongress 2023
Competence Readtime4 min
11. juin 2024

Focus

Point de vue politique

Lukas Engelberger: «Il faut améliorer les collaborations intercantonales»

Lukas Engelberger, président de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) nous livre ses réflexions quant à l’avenir du paysage hospitalier.
Competence Muriel Chavaillaz

auteur

Muriel Chavaillaz

Journaliste de Competence pour la Suisse romande et le Tessin

muriel.chavaillaz@hplus.ch

Alors que de plus en plus d’hôpitaux connaissent des difficultés financières, plusieurs voix s’élèvent pour demander que la Confédération exerce une plus grande influence sur la politique hospitalière. Partagez-vous également ce point de vue?

La Constitution fédérale attribue la compétence en matière de soins de santé aux cantons. Un transfert de cette dernière à la Confédération représenterait une profonde transformation du système de santé et devrait notamment avoir pour conséquence que la Confédération s’acquitte des obligations financières des cantons.

Envisagez-vous d’autres alternatives?

Il est judicieux que les cantons soient en charge de la planification hospitalière. Et les cantons assument bel et bien leur tâche dans ce domaine. Ils connaissent les besoins de la population et peuvent intégrer la planification dans le système de santé global des soins ambulatoires, des soins infirmiers et des autres fournisseurs de prestations. Nous devrions toutefois renforcer la collaboration entre les cantons au niveau de la planification régionale.

Quel regard portez-vous sur le fait que de plus en plus de cantons doivent «sauver» leurs hôpitaux avec des fonds supplémentaires? Le système est-il dans une impasse?

Les prestations des hôpitaux sont sous-financées, en particulier les prestations ambulatoires, car ces dernières sont rémunérées par l’intermédiaire de la structure tarifaire TARMED devenue obsolète. Le renchérissement a encore aggravé une situation déjà tendue. À cela s’ajoutent les augmentations de salaire du personnel ainsi que l’engagement onéreux de maind’œuvre temporaire pour pallier la pénurie de personnel qualifié. C’est pourquoi un nombre croissant d’hôpitaux est confronté à un déficit.

Comment expliquez-vous que certains cantons s’en sortent mieux que d’autres, quel est leur secret?

Chaque hôpital doit être évalué séparément. Les hôpitaux remplissent différents mandats de prestations et ont investi de manière différente. De nombreux hôpitaux sont des entreprises indépendantes et les cantons n’ont désormais que peu ou pas d’influence sur leur gestion. Tous les cantons ne sont donc pas confrontés aux mêmes défis.

La planification à l’échelle des cantons a-t-elle fait son temps, ou a-t-elle encore du sens?

Ces différents contextes cantonaux constituent un argument supplémentaire à l’encontre d’un transfert à l’échelon national des compétences en matière de planification hospitalière. Pour la Confédération, il serait difficile de connaître suffisamment les circonstances régionales et locales.

Les systèmes fondés sur une planification centralisée ne sont pas plus performants. Nos voisins n’ont pas un meilleur système de santé et leurs structures ne sont pas moins coûteuses d’un point de vue macroéconomique.

La médecine hautement spécialisée illustre la capacité des cantons à procéder à une planification commune: dans ce domaine, les cantons établissent depuis 2009 pour l’ensemble de la Suisse une planification conjointe, qui connaît une évolution positive. D’autres types de collaborations intercantonales existent, par exemple au niveau des listes hospitalières communes.

Selon vous, quel(s) rôle(s) les cantons doivent-ils jouer dans la politique hospitalière de demain?

La collaboration entre les cantons pourrait encore être améliorée. Nous devons mettre en évidence la pertinence des planifications régionales pour assurer la qualité des soins et freiner la hausse des coûts de la santé. Et aussi parce que nous devons utiliser les ressources humaines limitées de la manière la plus efficace possible.

Êtes-vous optimiste quant à l’avenir et aux projets esquissés par le Département de Mme Baume-Schneider?

En situation de crise, la collaboration étendue dans le domaine de la santé a bien fonctionné. Il est important qu’elle se poursuive. Un système de santé efficace requiert l’engagement de tous les acteurs. Ceci vaut aussi bien pour la planification et le financement que pour les sujets d’avenir que sont l’attrait du marché du travail et la numérisation. Je suis convaincu que des alliances solides pourront être formées pour soutenir les objectifs annoncés par Mme Baume-Schneider. Les cantons sont en tout cas prêts à s’engager.

Photo de titre: Lukas Engelberger au Congrès de H+ en 2023 (crédit photo: Susanne Keller).